Vos
poèmes

Poésie Française : 1 er site français de poésie

Vos<br>poemes
Offrir
ce poème

Rémi NOUAILLE

Pierrot et les mers

Les mers du sud rencontrent celles du nord
Cependant que les baleines valsent, heureuses
Elles s'entrechoquent, la violence de leurs corps
Se déchaînent d'une façon trop hasardeuse.

Elles éclatent, brillamment, en éclats d'écumes
Bousculant ainsi l'ancien ordre maritime
Et en même temps, elles arrivent aux cîmes
Atteignant alors de gros nuages qui fument.

Le spectacle est splendide, le poète en convient
Mais il entend une jeune voix qui s'écroule,
Il y a comme un petit bruit qui coule
Oh ! voilà un enfant qui ne boira jamais de vin !

Il ne paraît que trop naïf, mais l'heure de la prière
Semble être venu. Le poète entend cette mer
Qui fait pleurer une mère ; l'enfant va le quitter
Pour voir d'autres étoiles. Il va s'en aller.

Oh ! Voyez ce chagrin ! Durant ses derniers instants
Il pleure, à chaude gouttes, remplissant l'océan
D'un malheur terrible, terriblement enfantin
Oh ! Ce pauvre petit enfant ne boira jamais de vin !

Son dernier regard de Pierrot se porte sur la Lune
Qui illumine ses petits yeux, qui respirent l'Infortune,
Il s'en va rejoindre les requins et d'autres carnivores
Pauvre petit que l'ignoble mort dévore !

Mais, un soir, tu atteindras peut-être un soleil,
Ou de vastes contrées pleines de merveilles ;
Tu seras toujours enfant, et tu auras tout ton temps
Pour un jour devenir un bel et illustre amant.