Vos
poèmes

Poésie Française : 1 er site français de poésie

Vos<br>poemes
Offrir
ce poème

Rémi NOUAILLE

Le terrible océan

Ô terrible océan, toujours vainqueur des paysages
Lors de la dévastation des bateaux par les tornades
Tu demeures inconstant lors des violents naufrages
Mais cependant tu te bats, et je te vois qui brade
Les falaises et autres rochers éternels ;
Parfois tu es aussi la douce harmonie d'un temps
Indéfinissable, demeurant en sa tranquillité ;
Tu es également semblable à un jeune été avenant
Lorsqu'en toi les mouettes viennent se jeter
Et quand la tempête ses heures a passée.

Et lorsque les pauvres hommes te saluent
Tu leur réponds en écume ; ces avides d'inconnu
Te réclament ! Mais toi tu n'es que le sud et le nord,
Éternellement puissante dans ton souffle tant fort !
Il arrive même que le silence se soumette à toi
Tant ta force impose à toute chose la beauté et l'effroi !

Tu n'as que faire des siècles. Le jour et la nuit
T'indiffèrent totalement ; ton humeur est toujours reine
Face à ta mère nature. Tu es également amant de la pluie
Et maître de toi même. Ô mon immensité souveraine !
Qu'arrive-t-il au rêveur qui est tombé en ton sein ?
Qu'advient-il des matelots dont tu extirpes le destin ?

Tu es beau, océan de tous les malheurs, mais l'enfant
Pourtant n'est pas sauvé du bleu de ton gouffre :
Vois-le, le pauvre Pierrot noyé ! Le fils de la lune souffre
Et il souffrira - tu le sais - en tout âge, en tout temps ;
Ô terrible océan, toujours en Tamerlan des caravelles
Tu gouvernes l'horizon jusqu'aux plates limites du ciel !

Pourtant tu n'auras jamais vaincu le brave Colomb
Qui - tu le sais- portait en lui le poids de sa nation !
Tu n'auras jamais vaincu l'île de glace à la dérive
Qui brisait d'hommes en hommes toutes les rives !
Ô terrible océan, vois-tu les limites de ton pouvoir ?
Vois-tu que même de toi les dieux peuvent s'émouvoir ?

Tu es une contradiction dont mon adieu arrivera
En un temps où en mes rêves tu mourras...