Vos
poèmes

Poésie Française : 1 er site français de poésie

Vos<br>poemes
Offrir
ce poème

Michèle CORTI

Ho hisse et ho!

Le Marité , en bonne fille
Cambrait ses voiles sous le vent
De ses gréements jusqu’à la quille
Légère comme engoulevent

Bravant toutes les infortunes
Ignorant tous les pot au noir
Le gabier, grimpé sur la hune
Chantait toujours un chant d’espoir

Elle parcourait l’Atlantique
Avec ses fiers Terre-Neuvas
Emportant une rude équipe
De pêcheurs aux robustes bras

Ce fut un combat héroïque
Mené par tous ces braves gars
Qui entassaient dans les barriques
La morue pliée comme draps

Et pendant six mois de galère
Loin de Fécamp et de son port
Vivaient une vie de misère
Heureux malgré tout de leur sort !

Ho hisse et ho, le Marité
Ramène – nous, o par pitié
Vers les rivages de la France
Où nous oublierons nos souffrances

Au fond d’un lit aux beaux draps blancs
Bercés par de doux bras aimants
Où nous saurons nous abîmer
Sombrant corps et biens pour aimer !


MARCEK

Le Marité, le dernier terre-neuvas
en bois naviguant au monde, a été
Le premier des quarante grands voiliers,
vieux gréements et navires de guerre,
à avoir accosté dans le port de Rouen
(Seine-Maritime) pour l’Armada 2003.
Le Marité, goélette à trois-mâts,
sorti des chantiers de Fécamp,
a fêté cette année là ses 80 ans.
À l’époque de sa construction,
Il était destiné à la pêche en mer
à la morue et au cabillaud
sur les bancs de Terre-Neuve
et partait pour des campagnes
de six à huit mois,chargé de sel,
et servant de navire nourricier
Aux fameuses doris.