Vos
poèmes

Poésie Française : 1 er site français de poésie

Vos<br>poemes
Offrir
ce poème

Méric GUILLO

Cuba

Dans les rues désertes assoiffées de soleil coloré,
Dansent des poussières de pétarades édulcorées.
Seul, dans l'étrange cimetière des années perdues,
Je déambule du crépuscule au passé simple... Éperdu.

Vides, étouffées de rêves prisonniers, les grandes artères
Sablonneuses virevoltent au grès des vents d'hier.
Rien ne presse ni ne fatigue. Pas un souffle de temps.
La ville somnole, sur ses doux lauriers d'anciens printemps

Des enfants trop sages, explorent les images silencieuses
Des écrans en noirs et blancs. A genoux ils contemplent
Les discours infinis des unis-formés, gardiens du temple.
Des vieux soldats moribonds aux médailles trompeuses.

Dans le square triste aux arbres étêtés, le soir descend.
En recueillement pittoresque, une vielle voiture
Rouillée, aux ailes bombées d'époque, file à cent
à l'heure, enfin presque ! Devant les grandes ferrures.

La nuit tombe violemment, scintillante de lampions fatigués.
Des musiques flottent à quelques encablures et résonnent
Dans les cours et sur les fenêtres aux volets délabrés.
Puis l'absence des heures dans une nuit étoilée, m'étonne.

Le réveil se rêve. Pas de bruit, les songes s'ennuient.
L'hôtel se vide, s'ébroue dans l'odeur du café réchauffé.
Déjà le vieux taxi, moteur éteint, de tous ses chromes luit.
Une journée de plus, un instant d'été sans le compter.

Plus rien, le temps s'est arrêté. Plus rien de vrai.
Plus rien, le temps s'est arrêté. Plus rien, c'est vrai !