Vos
poèmes

Poésie Française : 1 er site français de poésie

Vos<br>poemes
Offrir
ce poème

Florent QUARTIER

Bercé par la pénombre des jours heureux...

Bercé par la pénombre des jours heureux
Dans cet après midi ensoleillé
Durement, anoblissant mon âme
Par le fruit de ma besogne.
Je ne connais pas le temps,
J'ai toujours vécu dans le présent.
Allongés dans ces étendus couleurs émeraudes
Par les reflets d'un soleil tapant,
Lorsque le plafond de ma raison me le suggère.
Mes yeux aimantés par la tendresse
De ce ciel d'été.
Une pointe jaune,
Mais quelques tâches blanches
Prenant la forme des embrasements mousseux
Des torrents et cascades,
S'apaisant dans les divinités
Humides et naturelles
D'une sphère bleuet.
Pas un seul être humain
Dans cet espace,
Ou seul le vent comblé
De ses minuscules insignifiances,
Ambulantes et polychromes,
Exprimant leur mobilité.
Comme ci, ce paysage attendait
D'être regardé, d'être admiré
Riant au nez de ceux qui tourne en rond,
Tout en me souriant et me remerciant.

Me levant, apercevant ces tâches brunes
N'étant que silhouettes
De bouleaux, chênes et cerisiers du japon.
Puis à mes pieds,
Découvrant une plume,
N'ayant ni passé,
Ni présent, ni futur,
Quelle bêtise que d'être Homme,
Les animaux sauvages ne nous attendent pas.

Puis des enfants,
Jouant au plein air,
Coupé dans leurs courses
Par les rayons du soleil,
Voulant apprendre l'innocence de la vie
A leurs ascendants.
Mais ces derniers, ne les entendant,
S'en iront retourner dans leurs prisons,
Que sont leurs villes.
Puis dans leurs cellules,
Que sont leurs maisons.
Je suis à présent seul dans cette campagne,
M'en allant écouter le chant des alouettes,
Que ne supporterait l'ouïe de mes confrères urbains.
Et j'en suis très heureux,
Car j'en suis très peu soucieux.