Vos
poèmes

Poésie Française : 1 er site français de poésie

Vos<br>poemes
Offrir
ce poème

Emerich MEYA

Un courant d’air

Un courant d’air malin sous ta jupe, frissonne ;
L’air grave du marin aux premières torpeurs,
Le glabre de sa main, qu’aujourd’hui tu pleurs,
Courant sur tes deux reins t’émoustillent friponne.

Le reflux nonchalant sous tes fripes madone
Caresse infiniment tes jambes, cuisses leurs
Détresses rigolant en perles de sueurs :
C’est le flux des amants qui lentement matonne.

Le vent charrie parfois à l’autre bout du soir
Des nuées enfiévrées -vapeurs mystérieuses-
Recouvrant en pensée nos fières enjailleuses
De baisers blancs, mutins, sans jamais les revoir.

La distance, le temps ne souffrent pas de lies
À l’amour tendre et bon qu’ont marins pour leurs mies.