Vos
poèmes

Poésie Française : 1 er site français de poésie

Vos<br>poemes
Offrir
ce poème

Emerich MEYA

Intrusion nocturne

A toi, parvenue ce soir dedans ma maison,
Tel un diable chanteur distiller ma raison,
Je te somme forban, détestable voleur :
Va-t’en ! Fuis misérable ! tôt claironne l’heure.

Bien à toi dérangeant du sommeil l’oraison,
Insignifiant malin s’immisçant sans raison,
Je t’exhorte fourbe, hélas sur mon honneur :
Oust ! Va-t’en vermine ! avant que tu ne meures...

Une tiède soirée d’été, là, j’entrevis !
Dans la chambrée d’à côté, fier sur son séant,
Un homme parlait seul puis se frappait le vit !

Rire tant et si bien m’en fit jaillir les sangs,
En voilà la raison ! -grotesque je suppose-
Qu’à présent sur mon sein l’insecte vil se pose.