Vos
poèmes

Poésie Française : 1 er site français de poésie

Vos<br>poemes
Offrir
ce poème

Ed AYMIL

Phantom 309 (Tommy Faile / revisité par Tom Waits "Big Joe and Phantom 309")

J'étais descendu sur la côte pour la saison
Il y'a d'ça quelques années pour m'faire un peu d'ronds
Les choses se sont compliquées quand on m'a viré
Sous l'prétexte d'une insulte balancée au taulier
Quelques nuits sur la plage et beaucoup d'bières plus tard
J'levais l'pouce vers mon HLM de banlieusard
Le stop marchait bien j'étais déjà à mi-chemin
Je serai sûrement dans mon pieu au matin
Soudain dans la nuit la pluie s'est mise à tomber
Les voitures s'faisaient rares et j'étais fatigué
Mais c'est juste au moment où ma chance me lâchait
Que les phares d'un semi-r'morque sur moi se braquaient
Lorsque j'entendis les freins du camion mugirent
J'avais immédiat'ment retrouvé le sourire
Comme je grimpais dans la chaleur de la cabine
Je découvris un gros mec avec une bonne mine
Et il tendit vers moi son énorme paluche
Je m'appelle Big Joe dit-il avec un rictus
Et mon bahut lui c'est le fantôme trois cent neuf
Pourquoi un tel nom dis-je pour un poids lourd tout neuf
Il changea d'sujet et se vanta d'enrhumer
Avec son fantôme trois cent neuf tous les routiers
Pendant qu'on roulait tranquillement dans la nuit
J'fumais ses cibiches et lui racontait ma vie
Et j'étais fasciné par les chevaux-vapeur
Le tableau de bord lumineux comme un flipper
Brusquement il pila à une intersection
Il me dit qu'il prenait une autre direction
Après m'avoir dans la main glissé un bifton
Et m'avoir désigné une enseigne au néon
Big Joe me dit va boire un coup à ma santé
Et il disparut comme un mirage en été
J'entrais dans le bistrot et commandais un café
Je dis c'est Big Joe qui m'a donné ce billet
Un silence de plomb s'abbatit sur le troquet
Une certaine pâleur sur les visages s'affichait
Je dis est-ce que j'ai dit une connerie
Non dis le serveur ne te fais pas de soucis
Tous les chauffeurs ici connaissaient bien Big Joe
Y'a dix ans juste aujourd'hui qu'on a perdu l'gros
Il a préféré se jeter dans un ravin
Pour éviter d'écraser un groupe de gamins
C'était sur la départementale trois cent neuf
Qu'il sacrifia sa vie et son engin tout neuf
Et il arrive parfois que par une pluvieuse nuit
Il laisse un auto-stoppeur devant mon boui-boui
Et je veux que tu gardes ce talbin flambant neuf
A la mémoire de Joe et fantôme trois cent neuf