Vos
poèmes

Poésie Française : 1 er site français de poésie

Vos<br>poemes
Offrir
ce poème

Bérangère RENARD

Le guerrier triste

Un mastodonte.
Je ne sais pas au juste ce qu'est un mastodonte, mais
C'est le mot qui me vient à l'esprit alors que je regarde,
ébahie, la statue du guerrier de Capestrano.

Je me lève et m'étends de toute ma hauteur pour
Toucher son immense chapeau. Mais rencontrant
Son regard, aussitôt, je me recule. Digne, dans sa
Rigidité silencieuse, le guerrier, tel un Garde royal
De marbre, m'en impose de sa présence hiératique.

Je me borne alors à l'examiner timidement, comme
Craignant d'être réprimandée par une voix sépulcrale.

Au bout de quelques minutes, cependant, l'expression
Grave du masque du guerrier provoque en moi un germe
D'hilarité. Le bougre ressemble à un pauvre diable auquel
On aurait coupé les cornes pour les remplacer par ce
Capello ridiculement étendu. Avec sa tête minuscule et
Ses épaules démesurées il semble ne tenir sur ses jambes
Qu'à l'appui des deux piliers qui lui soutiennent les
Aisselles. Pauvre vieux ! Son disque cuirasse, bien trop
Petit pour couvrir sa poitrine démesurée, semble perdu au
Milieu des courroies entrelacées au petit bonheur la chance.
Ses yeux me paraissent maintenant ahuris, sa bouche bée
Tentant en vain de former une expression.

Un clown triste !

Puis une autre impression remplace la gaieté : voilà que
Je me sens froide, très froide. Impossible que le guerrier
Soit vivant ; c'est un mort, oui, il est mort depuis
Longtemps ! Non... Il est mort depuis peu, au contraire.
Et il m'offre, terriblement inutile, le spectacle de sa
Mort, son cadavre formidable soutenu par ces vulgaires
Piliers... Ses bras croisés ne sont pas ceux d'un
Vivant, ils semblent, dérisoires et risibles, vouloir
Protéger son torse. Le guerrier se croit fragile ! Il ne
Voit plus, caché derrière son masque, la puissance dont il
Se flattait autrefois. En détresse, il oppose sa pauvre
Carcasse à nos regards qu'il croit menaçants, mais qui,
Simplement curieux et amusés, admirent en secret cette
Puissance qui s'ignore.