Vos
poèmes

Poésie Française : 1 er site français de poésie

Vos<br>poemes
Offrir
ce poème

Alexandre VILNET

Théos et Scion

Le soleil était bas, au ras de l'horizon.
On sentait la fierté dans le regard de Scion
Lui qui était si beau lui qui était si grand
Il était devenu le pire des amants
Cependant bienheureux d'avoir volé l'amour
De son meilleur ami durant ce simple jour
Où Althéa accepta de venir à lui
Oubliant de ce fait qu'elle avait un "mari"

Ce dernier aspirait à un heureux mariage
A celle qu'il aimait depuis son plus jeune âge
Il voyait le bonheur voler à ses côtés
Mais quand elle rentra il s'était envolé
Théos avait compris à la vue de sa belle
Qu'un autre était venu lui arracher les ailes
Et les larmes qu'elle eut en lui disant "Pardon!"
Ne firent que lui dire qu'il avait raison
Elle lui annonça que l'erreur terminée
Elle réalisa qu'elle était désolée
"Si tu veux nous fuirons durant l'éternité
Je te suivrais partout où tu voudras aller
Et nous vivrons tous deux jusqu'à la fin des temps
Je t'aimerais toujours et je boirais ton sang
Pour laver ton honneur du véritable affront
Que je t'ai fait subir en succombant à Scion
Notre amour sera pur je te le garantis
Puisque s'il ne l'est pas je t'offrirais ma vie
Mais je t'en prie Théos laisse le vivre en paix
Le mal est déjà fait tu n'y peux rien changer
"Tu ne mérites pas de vivre à mes côtés
T'es-tu bien rendu compte à quel point je t'aimais?"
Et sur ces quelques mots Théos quitta la pièce
Laissant la jeune fille et ses tendres caresses

- - - - - - - - - -

Althéa demeurait assise à la fenêtre
Son acte n'était pas digne du moindre traître
La lune reflétait les larmes sur ses joues
Et Théos revenu lui étreignit le cou

La rage et le dégoût avaient surpris son coeur
Et pourtant l'assassin riait dans son malheur
Il avait l'intention de finir sa vengeance
En allant écraser son tendre ami d'enfance
Et le sourire aux lèvres et du sang sur les mains
Il parti réveiller ce terrible assassin

"Je te salue l'ami avec qui j'aime rire
Je t'accueille en ces lieux avec un grand plaisir
Que me vaut ta visite en mon humble demeure?
Qu'y a-t-il d'important pour venir à cette heure?"