Vos
poèmes

Poésie Française : 1 er site français de poésie

Vos<br>poemes
Offrir
ce poème

Alexandre VILNET

Ernestine

Ernestine – ou le songe d’une âme nouvelle ;
Je ne te connais pas, néanmoins tu es celle
À qui je voudrais mentir, pour lui faire aimer
Un homme prêt à tout pour qu’elle soit comblée.

Le noir de tes cheveux se mêlant à la nuit
M’apparaît comme une ombre au tableau de ma vie ;
Ne pas pouvoir sentir une nuance telle
M’emplit d’un sentiment qui me semble irréel ;

L’ignorance est pour moi la plus grande des peurs ;
Face à la mort surtout, et face à la douleur
Que procure l’amour ; où en est la limite ?
J’ai toujours l’impression qu’elle s’accroît si vite.

Je réfléchis souvent et je nous crois bien fous
Nous les êtres qui aimons aimer plus que tout.
Il y a tant d’inconnu dans les envies, les craintes,
Qu’y remettre sa vie conduit à la complainte.

Rien n’est plus triste alors qu’une vie sans amour,
Bien plus triste qu’un chant fredonné pour un sourd.
Survivre est impossible sans les sentiments,
Même s’ils sont cachés – on se sent bien vivant.

Mieux vaut se taire alors que d’avouer ses maux
Puisqu’un amour caché est un amour nouveau
Un jour il est ardent, le lendemain détruit,
Mais il nous fait savoir que la vie se poursuit.

Révélé, rien n’est plus que chance ou grand malheur ;
Il se peut qu’il soit partagé par son auteur ;
Auquel cas la routine peut se présenter,
Ou à l’inverse il peut s’éteindre et vous brûler.

À toi je te l’avoue, puisqu’il n’est pas encore
Présent à mon esprit pour s’ouvrir dès l’aurore.
Mon amour n’est pas loin, et si tu le désire
Viens le chercher alors, je pourrais te l’offrir.