Je trace...   

Une foire d'empoigne entre un tiers et son double
Joug à guichet fermé dans les couloirs du temps.
Grand arbre des aïeux tous les fruits de ton sang
Gorgés jusqu’à la pulpe en proportions... Tes traces,
Qu'importe l'eau du bain tous les retrouveront.
Je trace...

La crue en bave au fond bien que pied au plancher ;
Une barge à vue d’œil canote entre deux berges ;
Un cygne ostentatoire épris d’ambiguïté
Se crée d'un trait de plume en paon d'or illusoire ;
Miroite le reflet de l'auguste éphémère
Où trempent l'hameçon de ces matins pêcheurs,
Le vert d'eau chevelu du saule hippie des lieux.
Je trace...

Fi de perle et soierie au corset des peaux nues,
La mousse en natte fraîche invite songe errant,
D'un regard entendu, par l'oreille avertie,
Dans le galop furtif d'une aile en battement,
J'offre la flânerie d'un soupir à mes sens,
A l'ambulant zéphyr un camaïeux d'effluves :
Le parfum cutané d'une âme à fleur de peau.
Je trace...

Ne m'attends pas ce soir pour dîner mon amour ;
A l'heure où le soleil, quand baillent les corneilles,
Range tous ses rayons dans un tiroir du ciel,
Je prendrai le chemin doucement par la main
Qui mènera les pas feutrés d'une voix basse
Vers ce hameau de terre où je sais mes racines
La veine souterraine et le cœur silencieux.
Je trace...

Toute emprunte aux contours de ces pas qui la laissenT
Rivée au fil du temps ancre au jour son hieR
Aux grands airs un soupçon colporte son aurA
Cruelle en bleu portée estampe de l'accroC
Et jamais ne s'emporte et toujours fait le restE

La trace...