Quand vous me saurez mort

Quand vous me saurez mort
Quand le poids des années courbera votre échine
Quand vous serez assise, j'imagine
Près de votre fenêtre et surveillant les jeux
Si doux à votre cœur, de vos petits-enfants
Ayez en souvenir
Cette plaine
Si lointaine et gorgée de soleil
Où je vous ai aimée
Tendrement
Vous fermerez les yeux, souriante et silencieuse
Pour que personne
Ne viole
L'intimité de ces moments-là
Ayez en souvenir
Ce regard brûlant d'amour et qui vous éblouissait en ce tem
Mon cœur était le vôtre
Quand vous me saurez mort
Et que le poids du jour sera lourd à votre cœur
Vous ouvrirez vos mains, sans trembler
Revoyant tout à coup celles qui les ont tant caressées
Vous sourirez peut-être
Sera-ce de dépit ou bien de lassitude?
Vous oublierez peut-être
En écoutant les rires, si doux à votre cœur
De vos petits-enfants.