Les Douze fruits du Saint-Esprit: Longanimité

Ecris : longanimité, cinquième fruit de l’Esprit

Vous avez créé le monde Seigneur
Vous nous avez donné la beauté
L’eau qui fait couler la vie
La rosée du matin
Le feuillage remuant la verdure
Le vent doux qui trahit votre présence
Chaque fois que le Ciel a visité la Terre

Vous avez donné la fraîcheur des fontaines
Et la chaleur amie du soleil d’or
Et l’homme
Et la femme plus belle encore
Vous avez fait ici le paradis

Et nous qu’avons-nous fait

Ô Dieu Vous savez comme le mal engendre la tristesse
Et la révolte et le désarroi
Et comment l’impuissance engendre la solitude
Et comment les larmes de la colère coulent
Au triomphe abominable de l’injuste
A la gloire ensoleillée de l’abomination

Devant le défilé joyeux devant la fête du mal
Devant la mort acclamée le vice couronné
Et tandis que le monde que Vous nous avez fait
La nature les saisons et le chant des oiseaux
Offrent leur harmonie au bonheur des démons
Le cœur serre impuissant la voix crie vers le Ciel :
Punissez-les Seigneur ! Envoyez votre châtiment !
Engloutissez les ports sous des mers en furie
Incendiez les cités sous le feu de Gomorrhe
Envoyez vos poisons vos plaies vos maladies
Mettez-vous en colère faites tonner le ciel
Réveillez les volcans le feu qui purifie
Punissez les méchants punissez-les enfin
Si Vous nous aimez Seigneur si vous nous aimez
Défendez-nous dans le combat
Vengez la bonté contre le vice
Combien de fois ai-je prié ainsi comme un païen
Comme si mon Père était Zeus ou Taranis
Un dieu gaulois un dieu romain
Comme si Dieu qui est mort sur la Croix
Comme si Dieu qui nous aime est un dieu qui foudroie
Un athlète héroïque en son palais d’Olympe
Un dieu petit comme moi
Un dieu qui enverrait des bombes
Des bombes héroïques des bombes atomiques
Un dieu comme les hommes

Mais non la terre est ma souffrance
Et ma grandeur aussi
Ce siècle est celui que ton Père a choisi
Pour ton œuvre ta semence
Fait ce que tu dois et prie.