La Maison aux volets rouges

C’est la maison aux volets rouges
Qui brûle sans se consumer
A cette heure où plus rien ne bouge
Dans la fournaise de l’été

C’est la maison qui se réveille
Le matin au chant des cigales
A cette heure où le doux soleil
Est l’ami du sage Dédale

C’est la maison qui se rendort
Pleine d’enfants tout éblouis
A l’heure où monte dans la nuit
Mille étoiles aux rayons d’or

C’est la maison de nos pagailles
Où danse sens dessus dessous
Une joyeuse passacaille
De vêtements et de joujoux

Maman ! j’ai perdu mes chaussettes !
Où est passée ma robe bleue ?
Si vous ne rangez les assiettes
Papa vous fera les gros yeux

C’est la maison des mille bosses
Petits enfants, petits chagrins
A cet âge béni des gosses
Qui s’endorment sur un câlin

C’est la maison de nos prières
Le soir avant d’aller dormir
Et le bel ange de lumière
Répond d’un gracieux sourire

C’est la maison de nos amours
Quand l’ombre te revêt de gaze
Mes yeux discernent tes atours
Et les promesses de l’extase

C’est la maison, c’est notre nid
O Dieu qui nous avez unis
Quand il faudra quitter la Terre
Emportez-la tout entière
En Paradis.