La guerre sentait l'huile des chars...

La guerre sentait l’huile des chars et le sang noir des mort
La guerre se goûtait comme un citron mordu aux dents
Et des sirènes tourbillonnaient tout autour de nos têtes
Oh, démons des armées, en mitraille haletant !

Le souffle chaud des bombes exhalait son haleine fétide
J’ai vu de nos maisons tousser dans l’âcre odeur bruyante
Et cracher leurs parois tel un poumon putride
Oh guerriers des malheurs, que nourrissent les fientes !

Hors, le silence des flammes les couvrait d’ombres fières
Et les champs alentour rougissaient du martyre
J’ai vu des hordes nues violer l’agonie de nos mères
Oh, paix du déshonneur, que mon âme toujours veut maudire !