LONDRES - Poème épique

Parcourir les sinus des hommes enrhumés
Cette main mise aux lèvres des fauves en pleurs
Et rêver dans un souffle du fleuve qui meurt
À dessiner la ville d’où part notre temps

La mosaïque sombre de notre Occident –
Cité au pied du monde à la peau couleur sang
Ayant changé l’aspect déconstruit de la ruine
Pour des miroirs brillants qui s’élancent au ciel

Automne rouge aux tombes des sentiers battus
Le vert de tes poumons aux arbres centenaires
Le jogging des jours sans – faire suer la peau
À la musique source abreuvant tes oreilles

Chaque banc est un havre de mémoire morte
Une plaque dorée qui nous gratte le dos
La vie s’assoit dessus lisant des tabloïds
Aux images d’un monde à l’essence jetable

Ces millions de corps noirs balayés par la pluie
La foule ravalant tout espoir d’évasion
S’ingère en gargarisme au sein du vaste tube
Dans ses sucs et ses vents et s’écoule en bouillon

Le slalom agressif des êtres dirigés
Vers un unique but – s’échapper de ces autres
Pour se retrouver seul avec son habitude
Dans l’étrange chaleur d’un écran de fumée

Le faible écho des voix s’accrochant au réel
Sur le fil de ce feu finissant de brûler –
La Grande Issue qui s’hurle au coin de chaque rue
Pour rester au contact du mépris de la foule

Pouvoir survivre au rythme effaré de la roue
D’un destin mal cerné – Multitude des yeux
Qui ayant peur du vide avidement se fond
Dans l’innommable – Londres lourde à digérer

Et le crachat soumis de celui qui te hait
Te fais sourire – oui – le désespoir est vain
Et en vain sa salive retombe à tes pieds
Quand toi tu sembles aimer l’impact de la souillure

Comme des poux perdus sur une immense tête
Tous ces pantins pendus à leur cravate en soie
Crèvent de nourrir la bête – à tort et sans cri –
Avide reniflant le beurre et son argent

Babel en son miroir qui pleure l’horizon
De la bombe amorcée s’apprêtant à rugir –
Lion des communautés qui observe toujours
Le rouge froid des briques de ses yeux foutus

La gueule grande ouverte avaler de travers
Sans tousser sans paraître s’étouffer – tenir
Tenir le plus longtemps ce cri au bord des dents
Ce beau cri de dément que nul ne veut entendre