Les gouttières.   

Les gouttières
S’accrochent aux murs délavés,
Fortes, imposantes autant que des anacondas
Et leurs nœuds de muscles paressent au soleil
Qui réchauffe leur lassitude pâle et vieille.

Toutes d’abandon reptilien, poussiéreux,
Elles se prélassent par entrelacs, paquets,
Amas fiers de sillonner de leurs reptations
Majestueuses et musculeuses
Les parois
Qui les exhibent
Parfois
De façon obscène.