J'ai vu mon coeur en fleur éclose

J'ai vu mon coeur en fleur éclose
Où s'écoulait, doux comme un rêve,
Un amour vrai, comme une sève
Nourrissant un bouton de rose.

J'ai vu mon coeur en coeur qui ose
S'avouer vouloir aimer sans trêve.
J'ai vu mon coeur choisir son Eve
Et soupirer devant sa prose.

J'ai vu mon coeur n'être morose
Qu'en son absence et sans ses lèvres.
J'ai vu mon corps trembler de fièvre
Devant son corps quand il s'expose.

J'ai vu son corps prendre la pose
Et puis trembler lorsque s'achève
Le feu brûlant qui nous élève
Jusqu'au sommet où tout explose.

J'ai vu son corps qui se repose,
Mouillé de sueur, vidé de sève.
J'ai vu son sein qui se soulève
A son soupir d'apothéose.

J'ai vu nos corps qui s'ankylosent
Se serrer fort, sceller leurs lèvres.
J'ai vu mon coeur goûter la fièvre
De l'obtenue métamorphose.

Saint Jouin de Blavou, le 09 mars 1996.