Liberté

Je me souviens encore du calme d’autrefois,
Les humains croyait encore à dieu, ils avait encore la foi,
Puis un jour cette paix c’est envolé,
Et l’enfer sur terre à été déclaré.

Le calme à laissé place à des cris,
Le chant des oiseaux à laissé place aux bruits des fusils,
Ces enfant qui souriait et qui gambader joyeusement,
Ce retrouve aujourd’hui allongé dans une mare de sang.

Est-ce fruit pourri que nous allons leurs leguer ?
Etes vous sûr que l’on ne peu rien changé ?
Nos vie sont elle à jamais entre les mains de ces politicien
Ne pouvons nous pas étre nous seul maître de notre destin ?

Ne soyons plus des pantins,
Rejoignez moi dés demain,
Pour enfin trouvé cette liberté,
Car certain d’entre nous l’on bien mérité.