D’une nuit d’été

Le soleil s’était couché,
Est avait laissé place à la nuit,
Dans la ville un vent doux et frais la parcouré,
Et ce garçon doute encore de ce qui c’est produit.

Ce n’était plus l’heure de l’amusement,
Car le lit attendai ces enfants,
Mais un enfant ne voulait pas dormir,
Car malheureusement pour lui il voulait encore rire.

Ce garçon se cachait dans sa salle de bain,
Certainement pour faire peur au sien,
Mais sa vie à changé à tout jamais,
Des le moment où il c’est apperçu qu’on le fixai.

Une ombre à travert les barreaux de la fenêtre,
Une ombre dont personne n’aurai pu reconnaitre,
Une ombre à faire froid dans le dos,
Une ombre qui le mis en sanglot.

Cette être déformé tenta en vain de lui parlé,
Mais le garçon ne voulut en aucun cas l’écouté,
Cette être tenta de travercée les barreaux,
Et les jambes du garçon le lacha est il tomba sans un mot.

Cette ombre s’approcha de lui délicatement,
Il tenda sa main timidement,
Puis le garçon ferma les yeux et pria,
Il demanda à dieu de venir l’aidé, il demanda même à bouddha

Mais personne n’est venu à sont secours,
L’ombre pris la main du garçon avec amour,
A ce moment là le garçon comprit,
Il ouvra les yeux et il comprit qu’il était un être maudit.

Cette être n’était rien d’autre qu’une page du passé,
Un être qui autre fois l’aimé,
Sont ancétre lança un dernier regard sur le garçon,
Puis il repartit dans la nuit sans aucun mot, sans aucun son