Exaltation (ballade)


Un poète a laissé sa plume
Tomber dans l'encrier des ans
Où la mémoire se consume
En pleurs et rires inconstants ;
Il se souvient d'hymnes gitans
Nés de fervents épithalames
Orchestrant les hivers du temps
A l'heure où s'endorment les femmes

Qu'il aimait barbouiller d'écume
Les vagues aux jeux trépidants
Où s'attardaient les soirs de brume
Des filles aux corps impudents !
Bercé de désirs persistants
Source de magiques sésames,
Il rêvait d'aveux fécondants
A l'heure où s'endorment les femmes.

Sa chair inassouvie exhume
Le poids des bonheurs décadents,
Son coeur balayé d'amertume
Chante au maquis ses résistants,
Lorsqu'au nom d'espoirs transcendants
L'ombre de mortes oriflammes
Réveille les buissons ardents
A l'heure où s'endorment les femmes

ENVOI

Moissonneurs d'ultimes instants,
Faut-il que vos guerres infâmes
Fauchent le fruit de leurs printemps
A l'heure où s'endorment les femmes ?