Berceuse d'autrefois ( ballade)



Quand je fredonne la chanson
Que vous ne pouvez pas connaître,
Un douloureux et long frisson
Vient se répandre dans mon être.
On dit qu’avant de disparaître,
Ma mère, au coeur de troubadour,
Chantait cet air qui me vit naître :
" Dans les yeux clairs de mon amour ".

Puis l’on raconte qu’un pinson
Du jardin s’était rendu maître ;
De ses trilles faisant moisson
Mon père avait semblé renaître,
Au piano venant se mettre
Pour jouer dès le petit jour,
Les yeux tournés vers la fenêtre,
" Dans les yeux clairs de mon amour ".

La vie a-t-elle sa leçon
Au bas d’une invisible lettre
Pour les âmes à l’unisson
Que le souvenir enchevêtre ?
Sereine, avant de se soumettre
A la douleur du non-retour,
Mon âme saura se repaître
Dans les yeux clairs de mon amour !

ENVOI

Chers défunts ! puissiez-vous paraître,
Escortés par l’ange au tambour
De votre berceuse champêtre
" Dans les yeux clairs de mon amour ".