Un enfant   

Temps d'attente et soudain,
Sa venue nous projette d'un instant vers demain.
Il n'est que petitesse, nos yeux émerveillés,
Devant tant de faiblesse, l'encercle de baisers.

Puis commence la ronde des joies et des chagrins,
Ou le centre du monde résume entre ses mains.
Pour lui on voudrait « tout »
Gardant pour nous « le rien ».
On demande au soleil, d'inonder ses matins.

Entre larmes et sourires,
Bien qu'encore si petit,
Il lâche notre main,
Et s'enfuit incertain,
Pour apprendre à écrire,
Sur le chemin déni,
Les lettres de l'oubli.

Il a grandi encore, il s'isole souvent,
D'autres sont ses idoles, vous devenez gênants.

Il tourne enfin le dos,
A tout apprentissage,
Faisant fi du fardeau,
Déjà le voilà sage !

Possédant le savoir,
Il prend son territoire,
Imbu de son pouvoir,
Il veut être et avoir.

De rencontres en plaisirs,
Il s'empare d'une main,
Objet de ses désirs,
Présent de son destin,
Et puis dans ses pensées,
Vous relègue au loin.

Vous avez tant de peine,
Vous vous sentez trahis,
Vous êtes seul sur scène,
Inutile et petit.

Puis un jour à son tour,
Il deviendra parent,
Mesurera l'amour donné au fil des ans,
Alors que vos cheveux se vêtiront de blanc,
Vous deviendrez fragile et serez son enfant.

Il aura soudain peur de voir finir vos jours,
Sans avoir trouver l'heure d'un MERCI pour toujours.