Une voix tatouée par la poésie

Une voix tatouée par la poésie
Me caresse tendrement l’oreille
Avant de s’y loger
Avec des milliers d’oiseaux
Venant d’un autre ciel
Leur mouvement dans mes branches
Me prouve que je n’ai pas brûlé
Arbre passionné et passionnel
Je suis encore debout
Je ne sais par quel miracle
La foudre m’a épargnée !
Je suis debout au milieu
De paroles calcinées
Perdues dans mon mental étourdi
Par quel miracle mes oiseaux
Volent-ils encore aujourd’hui ?
Par quelle adresse
Se posent-ils entre les fissures
De mon miroir fendu ?
Aurais-je sans le savoir
Respecté leur repos rituel
Et relâché de mes mains
Le fil de leurs ailes !