L’ingénu

Qu’on se débarrasse
Des ombres basses
Comme de la haute
Obscurité
N’en déplaise
Aux bosquets !

Hurle l’ingénu
À rebrousse-plumes

Offensées
Toutes les branches
S’écartent
Et les bois se noient
Dans la lumière

De jour en jour
L’oiseau déguste
Son malheur

Lances et flèches
Le pourchassent
En long et en travers