Sagesse aveuglée

Pour un éclat perdu, sur une lettre d’or,
D’un simple mot d’argent d’une phrase d’airain,
Je gravis les montagn’ où pour mille ans alors
Je jetai dans le ciel ce qui me semblait vain.

…Et quand vide et nu, je me découvris mort,
Je jetai les montagn' et la phrase d’airain,
Et tous ces mots d’argent, la belle lettre d’or,
Puis ris de ce rejet qui me hantait les mains.
Pour un éclat perdu, sur une lettre d’or,
D’un simple mot d’argent d’une phrase d’airain,
Je gravis les montagn’ où pour mille ans alors
Je jetai dans le ciel ce qui me semblait vain.

…Et quand vide et nu, je me découvris mort,
Je jetai les montagn' et la phrase d’airain,
Et tous ces mots d’argent, la belle lettre d’or,
Puis ris au Rejet-même alourdissant ces mains.