Réponse matinale

- « Pourquoi te lèves-tu, ô pâle silhouette,
Et souffres ta présenc’ mécanique, pourquoi ?
Pourquoi encor frémir sous cette peau muette,
Et encor entrouvrir ces deux yeux clos, pourquoi ? »

- « En bon soldat de plomb, joli’ poupé’ de cire,
Pauvre pantin de bois pour une âme en délire,
Je hisse mon mouchoir de poche pour grand-voile,
Et épanche un malheur d'un pays sans étoile.

Du verre de mon œil opaque s’il en est,
Cette tête de paille mire en un cœur voilé
Sur la braise d’un feu une flamme argentée
Où se meurt une larme en légère fumée. »