Ombre d'étoile

Je ne suis qu'ombre seule, dans ce champ de matière.
Tous les ponts sont tombés et je ne puis que voir,
Perdu et angoissé, le vide qui sépare
Chevauchant la pensée pour mieux hanter nos airs.

Je me remplis du bruit vibrant de l’habitude
Cette ombre de tyran modelant les couleurs
Sur le fond de mes yeux où chante la lueur
De ces poussières d'étoile mise en la servitude.

Mais que suis-je à part leurs empruntes passées ?
La matière qui regarde la matière qui est nue ...
J'entends mais rien n'y fait. Où es-tu ? Où es-tu ?
Je ne suis qu'ombre seule, matière des astres née.