Véridique (suite )

D’ailleurs, aucun mot pathétique ;
Aucune larme ne l’émeut ni ne l’implique.
Et elle ne goûte pas les prouesses gymniques.
Ses domaines de prédilection mélodique,
Ce sont les opéras et la grande musique.
Pris de haut par son air sceptique ;
Refroidi par son flegme caustique,
N’importe quel baratineur abdique.
En renonçant à la séduire, j’ai été pratique.
Depuis, j’ai une peur panique
Lorsque j’aperçois une beauté canonique
Dotée d’une sculpturale plastique.
Les défaites ont cela de spécifique,
C’est qu’elles ne sont jamais héroïques.
Le mâle a beau avoir de la dynamique ;
Il a beau être charismatique,
Il est poursuivi par un sort inique.
Les femelles dans leur historique
Ont toujours été sarcastiques
Annihilant l’idée féerique
D’un câlin parmi les colchiques
Ou, à l’abri dans une crique.
Elles usent de cosmétiques
Pour garder leur aspect mirifiques,
Mais elles ne sont jamais lunées identiques.
Elles sont souvent promptes à la nique.
Au début, elles sont romantiques ;
L’instant d’après, elles sont ironiques.
Pour l’homme, c’est dramatique.
S’il veut être sympathique,
Il est aussitôt jugé sur son physique.
Soit il est reçu comme un domestique,
Parce qu’elles n’ont que faire du modique,
Soit il est délesté de quelques briques,
Quand elles l’emmènent sous les tropiques.
Preuve que seul le pognon a cela de magnétique,
C’est qu’il peut attirer les plus hermétiques.
Alors, elles s’ouvrent systématique
Pour accepter les assauts phalliques.