Hier

C’était hier,
Et il est passé à grandes chevauchées,
Pardessus les champs et les rivières.
Il vole et rien ne peut l’en empêcher.
Il s’en va l’écume aux lèvres
Et les sabots meurtriers,
Saisi d’une inextinguible fièvre,
La tête fière et l’oeil singulier,
Ecrasant sur son passage
Tous mes objets,
Et tous mes projets,
Les plus sérieux et les moins sages.
Moi, dans cette tourmente,
A chaque réveil
C’est toujours pareil ;
Je complimente
Le jour qui commence,
Espérant quelque connivence,
Pour accomplir ma tâche.
Mais, comme rien ne l’attache,
Il s’en va aussi vite qu’il est venu,
Sans avoir lié connaissance,
Poussé par je ne sais quelle puissance.
Ne sachant jamais ce qu’il est devenu,
Je demeure perplexe
Et mon seul réflexe,
C’est ce cri de chaque matin :
Quoi ? . . . c'est déjà demain ?