Etreinte.


Une étreinte,
Si elle n’est pas feinte,
Elle laisse son empreinte
Dans l’âme atteinte
Qui n’éprouve aucune restreinte.

Quel bonheur de se sentir blotti
Dans le creux douillet et ami
Qui se referme pour mette à l’abri
Toute la tendresse réciproque
Témoignée par chacun des deux cœurs.
Je jure qu’il ne peut y avoir aucune équivoque :
Ces deux là s’aiment sans vainqueur.
Tant que la flamme n’est pas éteinte,
Dans les yeux, la joie sera dépeinte.

Que dire de la femme enceinte
Patientant sans aucune astreinte
Jusqu’à l’arrivée du fruit tant attendu.
Quelle récompense et quel bonheur éperdu.