Amoureux.


J’aime Isabelle parce qu’elle est belle.
J’aime Adèle parce que je rêve d’elle.
J’aime Yolande parce qu’elle est ronde.
J’aime Rolande parce qu’elle est blonde.
J’aime Solange parce que c’est un ange.
J’aime Nadège parce qu’elle est étrange
J’aime Adeline parce qu’elle est divine.
J’aime Roseline parce qu’elle est câline.
J’aime Denise parce qu’elle me grise.
J’aime Maryse parce qu’elle est éprise.
J’aime Laurence parce qu’elle est confidence.
J’aime Florence parce qu’elle est présence.
J’aime Clotilde parce qu’elle est candide.
J’aime Mathilde parce qu’elle m’intimide.
J’aime Juliette parce qu’elle est chouette.
J’aime Mauricette parce qu’elle est secrète.
J’aime Nathalie parce qu’elle est folie.
J’aime Emilie parce qu’elle est jolie.
J’aime Bénédicte parce qu’elle m’excite.
J’aime Brigitte parce qu’elle me félicite.
J’aime Xavière parce qu’elle n’est pas fière.
J’aime Bissière parce qu’elle n’est pas née d’hier.
J’aime Monique parce qu’elle est impudique.
J’aime Angélique parce qu’elle est musique.
J’aime Sophie parce qu’elle se confie.
J’aime Annie parce qu’elle me défie.
J’aime Béatrice parce qu’elle est complice.
J’aime Alice parce qu’elle est malice.
J’aime Michèle parce qu’elle est jumelle.
J’aime Danielle parce que c’est ma femelle.
J’aime Mylène parce qu’elle est sans gêne.
J’aime Hélène parce que c’est une reine.
J’aime Jaqueline parce qu’elle est coquine.
J’aime Micheline parce qu’elle me fascine
J’aime Charlotte parce qu’elle est rigolote.
J’aime Bergamote parce qu’elle me dorlote.
J’aime Claire parce qu’elle est célibataire.
J’essaie tout le temps de me défaire
De cette obsession qui me persécute.
Je ne suis pas avare d’efforts, car je lutte
De toutes mes forces afin de m’assagir.
Cela m’est impossible et ne peux choisir.
Entre celle qui a les yeux bleus
Et celle qui a les yeux verts ;
Entre la doucereuse et la panthère ;
Entre la craintive et celle qui me rend audacieux ;
Entre celle qui m’émoustille
Et celle qui est gentille ;
Entre la libidineuse charnelle
Et la douce maternelle ;
Entre la romantique et l’immorale
Entre la ronde et la sculpturale ;
Entre la compréhensive et la possessive.
Entre la pensive et l’attentive,
Le dilemme est des plus sévères.
Ce sont toutes mes princesses et je les révère.
Ce n’est pas de ma faute si je les aime toutes.
Je ne peux trancher ni convenir,
Mais dans ma tête, il n’y pas de doute.