Château Fort

Il était une fois, dans un grand château fort,
Une princesse solitaire, à la barbe naissante,
Rêvassant à son prince, demoisell’ ravissante,
Tantôt joyeuse et tantôt pleurant sur son sort.

La princesse barbue ménag’ bien ses efforts,
Ne descend voir son prince_que lorsque ça lui chante,
Comm’ si sur son chemin, quelque chose l’épouvante,
Comme si deux dragons entravaient son essor !

La princesse est un prince, ou plutôt un crapaud,
Et le prince une princesse, mais sans ses oripeaux ;
Les dragons n’en veul’ pas au petit batracien.

Quand il l’aura compris, il pourra gambader,
Avec sa dulcinée, tent’ra de parader ;
Avec un peu de chance, mon sort sera le sien !