Le voyage continu

Rien ne peut arrêter ce voyage dans le vide,
Car plus je me dépouille, et plus la vie m’abreuve,
De sa source vitale ; et si je reste avide,
De m’offrir en entier, c’est pour cette source neuve.

A elle seule j’obéis, et si je vais vers toi,
C’est elle qui m’y invite, et me donne la force,
De surmonter mes peurs pour retrouver la joie,
De voir le monde renaitre et me sentir vivant.

C’est dans ce flot joyeux aux routes inconnues,
Baignée par la lumière de tous les gens heureux,
Ceux qui ont tout donné et ceux qui y ont crus,
Que j’apprends en silence à connaitre l’amour.