Le chat borgne   

Dans le silence matinal
Des pommes tombent
Du pommier
Et la neige
Légèrement teintée
De rousseurs automnales
Blessée
Gémit

Un cheval hennit
Dans la cour de l'hôtel
Entre deux flaques d'eau sale

Depuis la fenêtre
Entrouverte on devine
Une fumée bleuâtre
Qui poussée par le vent
S'infiltre dans
La forêt voisine

Au milieu d'un chemin de terre
Des oies
Indifférentes et fières
Marchent à la file indienne
En relevant le front

Un chat borgne
Blessé de guerre
Ronronne
Sur mes genoux

De l'huile brunâtre
Flotte à
La surface de l'eau
Du bocal où naguère
Nageaient des poissons