Aporie

Tes souffrances commencent ici
Tu viens de franchir l'indomptable frontière
L'ultime barrière
Le point de non-retour

Te voilà donc cerné
De flammes dévorantes
De lames tranchantes
Et tes larmes acides
Te brûlent les joues
Et te creusent des rides

Tu chercheras parfois à te retourner
A revenir sur tes pas
A tout oublier
A rêver que tu rêves
Et que tu vas
Peut-être
Te réveiller

Tu chercheras aussi
Certains jours à t'enfuir
Mais ton malheur comme une ombre
Suivra chacun de tes pas

Tous tes espoirs
Mon petit
Se sont fait la malle
Il ne te reste
En vérité
Que ton mal
Qui te soit
Fidèlement
Attaché