Tocsin pour les poètes


Au dire de certains, pour être un bon poète,
On doit sans réfléchir libérer son esprit,
Eviter de donner un sens au manuscrit
En laissant choir la rime et le juste épithète.

Pour d'autres le poème est un assortiment
Qu'il faut parer de style et de belles rimailles
De quelques lieux communs en riches accordailles,
Et ne pas se plier au moindre sentiment.

On entend à foison vanter Dame nature
Dans une poésie édulcorée au miel
Où l'auteur délicat, d'un ton révérenciel
Vibre en longs trémolos pour la saison future.

Ils ne sont pas les seuls à briguer la vedette ;
L’adepte de l’abscons creuse aussi ses chemins.
Plus il est insensé, plus on frappe des mains,
En trouvant du génie à la pâle piquette.

Chacun dans son domaine est sûr de son talent ;
D'être l'ambassadeur de cet Art qu'il pratique.
Adulé par les siens pour ce « don » poétique :
Entouré d’une cour ; il est donc excellent !

Quand le Sujet flatteur se perd en dithyrambe
En élevant le « Maître » au rang de déité
Allez savoir pourquoi, sans l’avoir médité
Mon pied dans un écart lui fait un croc-en-jambe.

Jaloux ! N’y pensez pas. C’est hors de mon propos.
Mais depuis bien longtemps de ma plume,j'observe
Et si par ce pamphlet, je sors de ma réserve,
C’est pour vous réveiller en cherchant le repos.