Le biotope poétique



Il existe un biotope où le faux-cul excelle
Servile et papelard, la main moite et l'oeil creux
Donnant du " cher ami " à dose industrielle,
Bardé d'un attirail de titres nébuleux.
On y fait des ronrons et de plates courbettes
Pour quelques compliments sur son dernier quatrain
Psalmodié sans ferveur d'une voix aigrelette,
Sans avoir écouté le sonnet du voisin.
Mais le nec plus ultra, est d'avoir sa " chapelle "
Pour attirer à soi naïfs et courtisans ;
Flatter sans retenue et porter à l'autel
Celui qui, pour l'affaire, est le moins médisant.
Le but, non avoué, de ces basses manoeuvres
Est de se faire hisser dans les Académies
Quitte à se faufiler par un trou de couleuvre ;
Le tout doit être fait en sous-main, entre amis.
Pour monter son talent au notable, aux voisines
L'un se met à écrire une suite ampoulée
De l'oeuvre d'un auteur : pourquoi pas Lamartine ?
En s'excusant du peu..., mais tout fier s'il vous plaît...
Un autre, sans vergogne, écrit du "La Fontaine"
Et poursuit de vers plats les fables du susdit
En espérant bien sûr remplir son bas de laine :
Car si d'autres le font, lui, ne fait pas crédit.
Que voyez-vous au creux de vos pâles miroirs ?
Vaniteux " m'as-tu vu ", pompeux et suffisants
Le geste ourdi d'ego, le verbe ostentatoire.,
Poètes ? si l'on veut : mais surtout des marchands.
Poétereaux infatués (comme on vous nomme )
La poésie et vous sont des antinomies
Vous faites de beaux vers, sans rien dire ou tout comme :
Vous vous croyez patrons ? Vous n’êtes que commis !
Précédés d’une cour (comme une bande-annonce),
Quitte à vendre son âme il faut thésauriser ;
Placer son baratin sans dépenser une once
Pour un ruban d'orgueil, (il me vient la nausée) !
C'est un marais fangeux, une gangue liquide
Où nagent sans rien voir de rares ingénus
Qui vont les yeux fermés où les gourous les guide ;
Pour quelques mots flatteurs ; se pensent reconnus...
Ils suivent tous les vents comme fait la girouette
Juste pour exister, ( enfin c'est ce qu'ils croient )
Quitte à jeter sans peine au fond des oubliettes
Les amitiés d'hier. Leur ombre est une croix...
Dans ce monde secret que le Peuple vénère
Il faut bien se garder de lever le rideau :
Certains, je les entends, diront que j'exagère :
-Ne baigneraient-ils pas eux-mêmes dans cette eau ?...