Printemps

Quel ravissement !
Mes jupes relevées
Je prend un grand
Bol d'air ensoleillé
Journée de sons mélodieux
Les oiseaux sont heureux,
Moi aussi, je chante
Le vent à peine perceptible
Ce matin enfin
Chatouille les bourgeons
Le nirvana s'ouvre aux folies, me séduit
Quel émerveillement, les pieds dénudés
Je prend un grand bol d'air ensoleillé
Journée de dons
De vibrations lumineuses
De collaborations étroites
De senteurs parfumées
Ma boite d'idées me ravit
Devient bavarde, j'écris

Ah ! ce que j'aime le printemps
Qui m'a vu naître
Et tous les jours de fête ensuite
Malgré quelques défaillances passagères
Ont renouvellé cet amour que j'ai de la vie

À qui dois-je dire merci ?
Mais à toute vie voyons

Ginette Villeneuve
5 mai 2005