J'ai le coeur à la tendresse

La route était droite
Parfois pentue
C'était un dimanche
Un peu différent des autres
Une journée de réconciliation

Nous roulions depuis quelques heures
Une accumulation de fleurs
Couleur bleuets sauvages
Couvrait les champs

Accueillir cette beauté de la nature
Comme un signe
M'honorait, pensais-je

Convenance et paradoxe
Jouaient dans la balance
M'habitaient tour à tour

Moi l'impulsive,
Je superposais
Une nouvelle histoire
Sur une ancienne réalité
Qui n'avait rien d'une babiole.

Blottie dans mes pensées
Contre lui
Je m'autorise un moment présent
Je jouis de l'heure...

M'acclimater ardemment
À cet accroche-coeur
Tel un prisme d'eau vive
Qui se marie avec le soleil
Éveille mon sens de la gourmandise
Et mon goût pour l'amour

J'ai le coeur à la tendresse,
À la volupté.
Tu es là
Pourquoi ne pas en profiter ?
Viens, arrête
Allons nous aimer
Dans ce champs odorant.

26 juin 2005