Marie Tournel

Marie fut séduite par le danseur Tournel,
Mais entre deux valses hésitations
Le belâtre la trompait avec préméditation
Si bien qu'elle quitta son mari Tournel.

Marie rencontra cet aviateur en escadrilles,
Espérant échapper au souvenir des quadrilles,
Et en seconde noce devint madame Vaudages,
Mais vite les loopings devinrent marivaudages.

Marie s'enfuit en Italie pays de l'amour,
Y croisa le chanteur Goletto et tomba,
Bientôt de haut car il était surtout castra,
Adieu le fol espoir d'être Marie Goletto.

Au détour d'une halte à Cannes en riviera,
Marie remarqua cet homme riche et gras,
Et céda à l'idée d'être nommée Vyère,
Portant diamant comme époux bandoulière.

Devenue Marie Vyère du dit amant,
Car elle l'avait porté devant le digne autel sans étoile,
Le monsieur succomba bientôt et nuitamment
Après s'être noyé dans son bain d'os à moëlle.

Marie revint à Paris sans espoir de porter l'alliance,
Buvant jusqu'à la lie le champagne des "je t'aime",
Mais de trente hier aucun homme n'est une chance,
Car Marie était pleine de grâce, eux d'eux-mêmes.