Hommage à Golgoth

Le vent s’étend,
Assourdissant.
Turbulences.
Mais j’avance,
Je transcende,
Droit devant,
La douleur
Le chagrin
La lourdeur
Dans mes reins

Dans ce chaos,
Comme un assaut
Tourmenté,
Cahoté,
Le visage,
De sueur
Et de sang,
Abdiquant
Perce en moi
Tout l’effroi

Fureur extrême
Et la peur même
Des pleins vents
Bondissant
Me poussant
Vers l’à-pic
Pathétique
Où je cherche
Une amorce,
Une force

C’est enfin qu’elle
Vient comme une aile
Comme un ange
Un archange
Qui me souffle
Et m’entoure
De courage
Et de rage
Me poussant
Droit devant

Sous mes appuis
D’acrimonie
Plus de trace :
C’est l’espace
C’est le vide.
Fratricides,
Les alizés
Qui m’ont tissé,
M’emportent
Vers la mort

Et, par tes yeux
Soven, le preux
Je me vois renaissant
Dans l’étoffe du vent