Le jeune prisonier


Tout ces yeux qui se posent sur moi,
Je me sens petit, vraiment tout petit,
On m’a donné le matricule mille trois,
Incarcéré en prison pour un petit délit.
Je sais que je n’ai que neuf mois à tirer,
Peut-être moins si je me tiens tranquille,
Mais je suis nouveau, ils sont tous excités,
Je ne veux pas leur servir de fille.
Tout cela pour un sac piqué à une vieille,
Je me retrouve avec des condamnés à vie,
Vais-je pouvoir la nuit trouver le sommeil,
Je sens la peur en moi qui m’envahit.
Il faut que je sois dur, que je sois fort,
Et aussi ne pas me laisser entraîner,
Avec personne je ne dois passer d’accord,
Ecouter mais surtout ne pas me mêler.
Mon dieu, mon dieu comme j’ai honte,
Ils sont là, sans avenir, sans lendemain,
A jouer aux durs en soulevant de la fonte,
Je ne finirai pas comme eux, avec rien.
Quand je sortirai, je fais un serment,
Gagner de l’argent sans avoir à le voler,
Tu verras tu seras fière de moi « maman »
Je ferai tout pour que cela s’efface de mon passé.