Gainsbourg dandy immortel

On se saoul à l’absinthe de ton spleen baudelairien
En pensant au génie qui se cache sous le vaut rien.
Grand cœur fondu de cire comme la poupée de F.Gall,
S’enflammant aussi vite qu'un billet de 500 balles.

Gainsbourg pour le talent ou Gainsbarre pour le génie
Tu as voulu écrire ta vie avec la plume du poète maudit
Tiraillé par le manichéisme de l’homme enchainé aux passions
Tu oscillais entre le showman et le timide en chanson.

Grand spécialiste du dualisme je t’aime… moi non plus
C’est dans ton caractère nihiliste que tu puisais ta vertu
Provocateur au regard flottant et à l’apparence perdue
C’est à Paris le 2 mars 1991 que la grande gueule s’est tue.

Cependant, le Phoenix renait sans cesse de ses cendres,
Une fois la cigarette éteinte, la fumée laisse une odeur.
Ici ou là-bas tu seras indéfiniment entouré de belles fleurs
Et la profondeur de tes œuvres continuera de nous surprendre