Déesse des sables

Derrière les roseaux de la dune
Au sable pailleté de diamants
Ton corps est un temple ondoyant
Où tremble l'ombre des ramures
Au souffle salin du parfum des grèves.

Je veux me noyer dans tes prunelles.
Dans tes iris je vois une mer bleue
Où mon image devient alcyon,
Le ciel s'y mire sans nuages.

Dans tes pupilles clignotent des étoiles
Tels des phares pour les anges.
Dans les plis inachevés de tes lèvres
S'ébauche comme une promesse.

Le soleil ardent de ton regard
Vient de rallumer mes mornes cendres ;
Que mes sueurs d'extase
Emportent mes pudeurs!

Je prie tes cheveux d'ambre
De m'inonder d' effluves enivrantes
Et qu'alors tendre la main j'ose
Pour caresser ta beauté déclose,
Immarcescible fleur,
Déesse des sables.