Le mineur de fond   

Lucien était mineur de fond,
Il habitait dans un coron.
De sa fenêtre, il pouvait voir
S’étaler les hauts terrils noirs.
Chaque matin à la même heure,
Il serrait sa femme sur son cœur,
Et l’embrassait tendrement.
C’était un moment charmant.
Puis la musette sur le dos,
Il partait sifflant au boulot.
Une longue journée de labeur.
Le travail était dur pour les mineurs
Au fond du puits à extraire le charbon.
Sa femme, elle, se faisait du mouron,
Elle craignait les coups de grisou
Qui surviennent d’un seul coup
Effondrant galeries et les veines
Enterrant les mineurs vivants.
Elle redoutait d’entendre les sirènes
Annonçant ce terrible événement.
Elle priait sainte Barbe, la patronne des mineurs,
Pour qu’il n’arrive jamais pareil malheur.
Lui, il redoutait la terrible silicose
Qui réduit les poumons à peu de chose
Son père en était mort
Echapperait-il à ce triste sort ?
Il préférait ne pas trop y penser
Comme galibot il avait commencé.
Aujourd’hui il était porion,
Un chef des mineurs de fond.
Mais pour son fils il travaillait,
Pour qu’il ait un beau métier :
Avocat, dentiste ou médecin,
Et pourquoi pas chirurgien.
Le soir, il remontait du puits épuisé,
Il allait se laver et se changer.
Et vite, à la maison il rentrait.
A cet instant il n’était plus un mineur
Mais tout simplement un papa bonheur.