Il y a longtemps

Un matin pas comme les autres
Du vent et des feuilles mortes
Son souvenir est toujours présent,
Ça fait des mois ça fait un temps

Oublier c’est trop dur
Un sentiment d’amitié pur
Plein de joie et de nostalgie,
Dans ses lieux pleins de gris

Comme un paysage de solitude
Dans le cœur inquiétude
Tes beaux instants s’effacent,
À fur et à mesure se détache.