L'Isolé

Il se sentit maudit par tous de gens du monde
Et son cœur lui fit mal, et dans son âme profonde
Il pleura tendrement, parce qu’il était seul.
Personne ne l’aima, et sur la Terre d’aïeul
Il fût comme l’étranger, ça fit son habitude.
Il voulût s’envoler de sa vie noire et rude
Et approcher le ciel, où habitait son rêve,
Mais il fût comme en cage, de chair emprisonné.
Il ne sut pas voler, de marcher condamné.
Il pleura tant beaucoup et tant voulût sa crève.
Mais elle ne vint pas. Dura-t-elle sa souffrance
Et il pria le ciel de lui donner la mort
Mais celui-ci resta en pleine ignorance
Ce fût sa peine de crime, ce fût son rude sort.