Equipages (Odes à la poésie)

Souvent dans les navires, qui traversent les houles
Les violents capitaines, orateurs passionnés
Déclament s'adressant à leur débiles foules
"Gardez votre vigueur, et restez affamés !"

Les hommes d'équipages, pauvres pantins naïfs
De crainte d'attirer les foudres du vieux fou
Ne gardent dans le ventre que les cris plaintifs
Fatigués de satisfaire, les crises du grand gourou

Mais un jour le navire, quittera la tempête
Atteignant les eaux douces, au doux parfum de fête
Préparant le fétiche, à quitter l'équipage

Et les foules blessées, elles naguère si stupides
Déchireront le masque du prêcheur perfide
Sauvant le grand navire, de l'étouffant naufrage